Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 09:19

 

9 mars 2013 seminaire 1

09 mars 2013 seminaire

9 mars 2013 2 

 

 

seminaire groupe 2013 

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 21:16

Le samedi 09 et dimanche 10 mars, Sihing Ralph Dahl dirigera un séminaire de WingChun à Bordeaux.

Un rendez-vous important pour tous les passionnés de WingChun et de Self defense.

 

Contact: vincentmercier@live.com

.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 11:46

Foto 4

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 11:04

 

Foto 2

 

Foto 3

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 14:17

Chers élèves de WingChun. Durant les 13 dernières années j'ai proposé un système de WingChun unique et nouvellement conçu. En 2003, j'ai fondé l'IAW dans l'optique de proposer ce style au niveau international via mes premiers instructeurs professionnels de WingChun.

À ce jour, aucun autre style n'est en rien comparable au nôtre. Nous, l'Académie Internationale de WingChun, sommes les seuls à pratiquer un style de WingChun extrêmement dur, à la fois flexible et endurcissant. Nous souhaitons apprendre à nos élèves la capacité à se défendre. C’est pourquoi les programmes du niveau fondamental (1er – 4ème niveaux étudiants) contiennent certaines des techniques les plus importantes de tout le système. Bien sûr, les valeurs anciennes traditionnelles ne doivent pas être perdues. Chaque Grand Maître a la responsabilité de créer un style qui, comme c'était l'objectif à l'origine, soit approprié à une situation d'urgence. Les fantasmes n'ont pas de place dans un art martial comme le WingChun. Il est nécessaire de comprendre dans quel but un style a été créé afin qu’il puisse grandir et progresser sainement.

Dans la situation actuelle, cela doit être assez effrayant pour un instructeur professionnel qui a dû, pendant les 20 dernières années, subir le monde déraillé du « Wing Chun ». L'objectif de la plupart des styles n'a jamais quitté le monde des rêves et, depuis les années 80, ils nous ont bombardé avec les mêmes slogans poétiques, tels que « l'autodéfense sans puissance », « apprenez à vous battre sans vous battre » ou encore « utilisez la force de l'adversaire » et autres déclarations stupides. Je me souviens encore très bien d’une publicité avançant qu’il était possible de se défendre « passivement » (essayez d’imaginer ça). Aujourd'hui encore, au 21ème siècle, ces slogans des années 80 grandissent toujours dans un monde ésotérique dans lequel ils peuvent donner aux choses une image bien meilleure qu'elles ne le sont vraiment. Il n'est donc pas surprenant que certains des styles d'autodéfense qui ont été fondés aient oublié comment fonctionne une attaque normale et dans lesquels, à la place, on passe du temps sur la manière de toucher et plier les bras des autres. Dans ces clubs, ces contorsions sont appelées, avec beaucoup d'à-propos, « entraînement à la sensibilité » et on en fait régulièrement la démonstration – soulignant ainsi leur complète déchéance mentale quant à la self-défense – les yeux bandés. Même un enfant comprend qu'il est impossible de se défendre si on ne voit rien. L'autodéfense est déjà bien assez difficile avec les 2 yeux grands ouverts. Quel idiot mettrait sa confiance dans son sens tactile lorsqu'une attaque s'intensifie ? Certains styles appellent bêtement cet entraînement à la sensibilité « Chi Sao », alors même que le véritable Chi Sao n’avait rien à voir avec une sensation, mais se concentrait à l'origine sur l’assimilation des collisions (coups / attaques réelles).

L'objectif dans Chi Sao, en plus de l'entraînement indispensable d’observation ou de reconnaissance rapide, est de réduire le temps de réaction. Le Chi Sao du WingChun – un exercice d'endurcissement des os et de renforcement des muscles, des ligaments et, par conséquent, du corps entier – fut, dans de nombreux styles, dégradé en une forme d'entraînement de la sensibilité dans lequel, la plupart du temps, des adultes se rencontrent pour toucher et plier leurs bras. Cela n'implique rien d'autre, et ceci peut être vérifié n'importe quand sur Internet. Tristement, quelques poussées et quelques tapes sont alors censées indiquer une dangereuse contre-attaque. Cherchez « Chi Sao » sur Internet et jetez un œil au résultat de ces erreurs. Demandez à un ami ou à un proche d’interpréter ce qu’ils voient. Cela peut devenir très intéressant, alors qu'un participant ne serait peut-être pas capable de prendre en compte l'ensemble de manière objective, mais verrait  seulement ce qu'il ou elle veut voir. L'observateur n'a pas besoin d'avoir aucune connaissance des arts martiaux. La plupart de ceux qui apparaissent dans ces petites vidéos n'y connaissent rien non plus. Le fait que ce ne soit clairement pas de l'autodéfense est évident, même pour un amateur sans aucune connaissance de base. Internet est plein de ces vidéos amusantes faites par des experts de la sensibilité. Parmi mes préférées, celle d'un d'un vieil homme en peignoir noir montrant une défense-calin très étrange, ou encore 4 étudiants en cercle se tripotant les uns les autres de manière absurde. On en croit à peine ses yeux. Allez voir. Le problème, c'est que les non-informés à la recherche d'entraînement à l'autodéfense donnent du crédit à ceux qui s'autoproclament experts. Et on ne peut pas les blâmer pour cette erreur.

Je serais ravi de vous montrer certains des meilleurs exemples de cette suggestion de masse. Mais vous devriez pouvoir trouver vos propres favoris. Vous allez trouvez des « Wing Chun » indescriptibles où on commence par se toucher puis se donner des tapes, mais c'est aussi éloigné de l'autodéfense qu’un faucon de la lune. Je n’ai pas la moindre idée de ce que cherchaient les pratiquants de cet art anormal. Était-ce vraiment l'autodéfense ?

Essayez de reconnaître le mouvement supposé simuler l'attaque. Dans la plupart des cas vous verrez deux personnes. L'un prétend être l'agresseur, mais n'attaque pas vraiment. L'autre attaque l'agresseur « non-attaquant » avec des sortes de caresses rapides. Comme s'il n'y avait aucun principes en combat. C’est tellement drôle que vous devriez vraiment aller voir. Les points principaux (les faits principaux) en autodéfense comme la collision, la stabilité et les mouvements puissants ne semblent plus intéresser personne. Au contraire, tout le monde semble ravi, même si personne ne sait pourquoi. Il faut que vous voyez ça. Pas une seule attaque puissante, des jeux dangereux d'autodéfense, des mouvements agités et, bien que ce soit totalement absurde, on voit des étudiants ravis applaudir en arrière plan.

Cela semble inconcevable, mais en conséquence de cette suggestion de masse, leurs partisans pensent qu’ils peuvent ressentir une attaque. Cette insulte à l’intelligence humaine est en train de prendre de l’ampleur à travers beaucoup d’autres systèmes. Dans les années 90, lorsque cet art rêveur du toucher a atteint son apogée, il fut copié mais rarement remis en question.

Bien sûr, pratiquer une autodéfense réaliste sans faire mal au partenaire et s'amuser en s'entraînant sérieusement sont des défis. D'un autre côté, la brutalité n’a pas sa place dans le WingChun. Après tout, il s'agit d'une combinaison précise de technique, de force et de vitesse. Cependant, gérer une collision, c'est-à-dire le premier contact, reste l’aspect le plus important de l'autodéfense. La contre-attaque ne peut commencer que lorsque le défenseur est capable de gérer l'impact puissant de l'attaque et la défense. La capacité à résister à une attaque forte est indispensable pour construire la confiance en soi. C'est pourquoi la pratique d'une défense stable est l'expérience la plus importante lors des premiers jours d'entraînement. Ne perdez jamais l'essentiel de vue. Sans utiliser ses yeux, l'autodéfense est impossible. Enfin, il est nécessaire de s'impliquer sérieusement pour maintenir le réalisme de l'art du combat.

Les 8 principes du WingChun sont vos guides sur le chemin à travers l'art de l'autodéfense. Ils vous aideront rapidement à reconnaître le bon du mauvais.

Sifu Klaus Brand

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 14:14

WingChun – la voie de l'excellence

 

 

Un art d'autodéfense fonctionnel renforce les ligaments, les os et, bien sûr, la musculature du corps entier. C'est un fait avéré qu'il faut renforcer et endurcir des parties spécifiques du corps pour pouvoir résister à la collision initiale d'une attaque réelle. Il ne fait aucun doute que si nous ne renforçons pas correctement nos bras, nous ne serons jamais capables de nous défendre. Parce que nous utilisons nos bras à la fois pour attaquer et défendre, les os des avant-bras et la musculature qui les entoure doivent être particulièrement conditionnés. Au début, avoir quelques contusions est entièrement normal. Qu'on soit un homme ou une femme, c'est pareil. Tout le monde doit y passer. La récompense est un savoir-faire véritable.

 

Pour les non-membres, je devrais expliquer ici que nous n'enseignons pas le Wing Chun mais le WingChun. Notre WingChun est l'opposé du Wing Chun. J'ai moi-même appris le système complet du Wing Chun en tant qu'étudiant de 2e génération auprès du disciple de Yip Man. Après avoir appris le Wing Chun, il ne m'était plus possible de l'enseigner car il est devenu évident qu'il s'agit d'une méthode illogique, non fonctionnelle et déstructurée avec laquelle personne ne peut se défendre. J'en suis venu à réaliser que tout cela n'était qu'un mélange de fantasmes et d'inepties. À cette époque, il n'y avait pas d'alternatives et j'étais le seul à avoir des doutes concernant cette méthode.

 

Aujourd'hui je suis heureux d'avoir débuté de cette manière car c'était le seul moyen pour moi de réaliser à quel point c'était absurde. Plus je progressais, plus grotesque devenait ce Wing Chun. Le désaccord grandissait avec chaque nouvelle technique. En tant que puriste, les développements d'alors me devinrent insupportables. Il n'y avait pas d'autre option sinon de commencer immédiatement à créer un système fonctionnant avec les principes fondamentaux des arts de combat. J'ai recherché les intentions originelles du développement de cet art martial. Pendant plus de 10 ans, j'ai travaillé sans relâche à la complétion de mon système de WingChun. Aujourd'hui, j'offre une alternative à ceux qui recherchent une vraie autodéfense avec des valeurs traditionnelles. Notre style est appelé WingChun.

 

J'ai expliqué mon point de vue concernant la dégénérescence du Wing Chun dans des articles antérieurs. Cette dégénérescence a eu pour conséquence de rendre les étudiants faibles et complaisants. Pour l'autodéfense, il s'agit de défauts mortels. La faiblesse et la complaisance sont les précurseurs de l'échec et marquent la fin de toute possibilité de développement.

 

Revenons au WingChun. La plupart de nos étudiants ont besoin de plusieurs mois pour se renforcer et acclimater les os de leurs avant-bras aux collisions. Quiconque persévère en cela et, peut-être au bout d'un an environ, atteint le 4e Niveau d'Étudiant, a déjà gagné. Le début de l'entraînement aux Chi Sau (5e Niveau d’Étudiant), qui succède à l'entraînement de autodéfense élémentaire, marque le commencement de l'étape suivante de conditionnement.

 

Les Sections des Chi Sau contiennent une grande variété de fortes collisions. La 1ère Section des Chi Sau, en plus d'enseigner des capacités techniques supérieures, est là pour renforcer le corps entier dans l'optique de l'utiliser comme une base et une unité coordonnée. Les os des avant-bras doivent soutenir de nombreuses collisions puissantes. Ils deviennent extrêmement robustes et désensibilisés et par conséquent, après une défense forte, on est capable d'effectuer une contre-attaque décisive.

 

Avec la complétion de la 1ère Section, les étudiants atteignent le Niveau Supérieur. Leur conscience des collisions est désormais complètement différente. Leur corps est plus fort et les os de leurs avant-bras peuvent supporter des chocs qu'ils n'auraient jamais pu imaginer au début. À ce niveau les étudiants répètent leurs frappes des centaines de fois et deviennent continuellement plus forts, plus endurcis et finalement plus rapides. C'est à cette étape que ce type d'entraînement commence à manquer aux étudiants si ils ne sont pas présents de manière régulière.

 

Le renforcement et le conditionnement sont agréables et changent la sensation du corps entier. La véritable capacité à l'autodéfense est une perception très particulière. La rapidité, la puissance et la capacité technique avancée se combinent pour créer une vraie sensation de liberté et de confiance. L'étudiant commence à ne faire qu'un avec tous les muscles de son corps et se sent apte et libéré. On ne peut pas tromper son subconscient. Un art de combat doit être entraîné correctement. C'est seulement de cette manière qu'on peut développer l'attitude correcte et un sentiment naturel de sécurité et de confiance.

 

Les leaders de mes académies et moi-même sommes fatigués d'entendre parler d'entraînement à la sensibilité, d'effacement et de douceur en rapport avec l'entraînement à l'autodéfense. C'est tout simplement absurde. Si on ne souhaite pas s'entraîner sérieusement, il vaut mieux chercher un nouveau loisir plutôt que d'ignorer la logique et la tradition du combat en prétendant apprendre l'autodéfense.

 

Un conseil important à mes étudiants : ne laissez personne qui joue aux arts martiaux dans certains clubs vous dire comment fonctionne l'autodéfense car vous êtes trop bien entraînés. Après quelques mois de l'éducation décrite ci-dessus, faire la différence entre les fantasmes et la réalité ne devrait pas être un problème. Souvenez-vous des bleus sur vos bras au début et de l'effort nécessaire pour acquérir chacune des techniques. Tout le monde ne peut pas y arriver. Vous pouvez être fiers.

 

Combattre est un conflit ou une guerre (pas un sport) et cela n'a rien à voir avec l'effacement et la douceur. Même l'effort de maîtriser l'adversité dans la vie peut être appelé combattre. C'est pourquoi combattre fait partie de la vie, du fait d'être un humain.

 

Vivre, c'est combattre. Ceux qui vivent, combattent – ceux qui combattent, vivent.

 

 

Sifu Klaus Brand

 

Grandmaster of the International Academy of WingChun®

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 14:01

 

Les 8 fautes les plus dangereuses des systèmes de « Wing Chun »

 

1. Les bras trop bas (Man Sao / Wu Sao)

 

N'importe quel agresseur capable et compétent commencerait un combat en attaquant la partie supérieure du corps de son adversaire. Il utiliserait ses bras pour frapper et n'abandonnerait jamais la flexibilité de sa posture pour donner un coup de pied. En effet, de par sa compétence et ses connaissances, un combattant expérimenté ne se permettrait jamais d'effectuer une attaque aussi vulnérable. Celui qui utilise sa jambe pour attaquer espère une défense sportive et a donc depuis longtemps dit adieu à toute capacité d'autodéfense.

 

Dans la position de garde, qui est en fait la position de préparation, les poignets doivent être au même niveau que l'os supérieur du sternum. Une défense correcte depuis une position inférieure est aussi impossible qu'une attaque depuis la même hauteur. Une position correcte fait gagner du temps, qui est réellement un des facteurs les plus décisifs de l'art de la guerre. Ceux qui veulent atteindre cet objectif doivent utiliser, et non cacher, leurs bras (leurs armes) dès le début, tout en utilisant leurs jambes pour se tenir debout et avancer. Je n'affirme pas qu'on ne peut pas également combattre avec ses jambes. Cependant, commencer un combat de cette manière est ridicule.

 

2. Posture (Zi Ng Ma)

 

 

Le poids ne doit jamais être réparti sur la jambe arrière dans une posture de combat. Si le corps n'est pas en tension et poussé vers l'avant, il est impossible d'avancer rapidement. Ceux qui s'appuient complètement sur la jambe arrière poussent leur corps vers le haut et, par conséquent, ne peuvent se défendre d'une attaque frontale parce que leur propre force, ou celle de leurs adversaires, les projetterait en arrière. Cette tension et ce besoin d'aller vers l'avant sont fondamentaux, non seulement pour la préparation physique, mais même pour la préparation mentale. La posture est une préparation à faire un pas. Ceux qui savent quel pas mène à quelle posture et quelle posture suit quel pas ont reconnu la fonction de leurs jambes. Ceux qui comprennent quelle posture correspond à un pas approprié en combinaison avec une technique correcte des bras a compris le sens des postures.

 

3. Attendre le contact

 

 

Le plus grand défaut dans l'évolution de l'art de la guerre est l'hérésie selon laquelle au cours d'une attaque, il est possible de riposter convenablement après que le contact avec les bras de l'adversaire ait eu lieu. La loi de l'évolution va assurer que cette thèse absurde disparaîtra bientôt (enfin). Cette erreur, qui défie toute logique, est typique de la myriade de rêveurs et de fantaisistes du milieu. Quiconque est pris au piège de cette foi n'a aucun moyen de savoir à quoi ressemble une situation d'attaque ou de défense et encore moins les sensations qu'elle procure. Il est impératif de survivre à la première collision. Le début est le moment le plus violent d'une confrontation.

 

4. Enchaînement de coups de poing (Tsong Kuen)

 

 

Lors d'une situation d'autodéfense, on ne peut donner qu’un seul coup de poing puissant par seconde. Il ne peut y avoir qu'un seul coup de poing utile par seconde. Si le premier coup touche, nul besoin d’un second. Ceux qui ont besoin de deux coups de poing en autodéfense doivent pratiquer jusqu'à maîtriser le premier et ne plus avoir besoin du second. Un coup de poing fonctionnel est la base et l'objectif de tous les arts martiaux. Lorsqu'on s'entraîne, il faut faire attention à ne pas effectuer plus d'un coup de poing par seconde et à ne jamais chercher à frapper à nouveau dans la même seconde que le premier coup. C'est à cela qu'il faut donner la plus haute priorité lors de l'apprentissage de l'autodéfense. Ceux qui s'entraînent à des exercices avec deux coups de poing par seconde est intéressé par la quantité, ce qui guarantit son incompétence en autodéfense. Avec deux coups de poing par seconde, on ne peut clairement ni effrayer ni stopper personne.

 

Un instructeur d'autodéfense qui enseigne des formes avec plus d'un coup de poing par seconde ne peut pas être pris au sérieux. Plus ne signifie pas forcément mieux. Ceux qui donnent plus de deux coups de poing par seconde ne peuvent pas prétendre s'intéresser à l'autodéfense et seraient plutôt un atout pour un salon de massage.

 

5. Frapper depuis le centre du corps

 

 

Depuis la vague tendre de l’ésotérisme des années 80, frapper depuis le centre de son corps a été vendu comme une solution universelle qui, depuis cette époque, n'a reçu aucune justification sensée. Les frappes à partir du centre du corps sont les plus faibles de toutes et elle ne s'appliquent qu'à peu de situations. Bien sûr, elles doivent aussi être entraînées, même si leurs applications sont extrêmement rares. Le fait que les frappes extérieures sont non seulement les plus fortes mais dévient aussi très facilement les coups venant du centre du corps a tout simplement été oublié ou ignoré. Les frappes externes, elles, ne peuvent pas être déviées et demandent une défense extrêmement forte. Aussi, en autodéfense, il faut éviter autant que possible de frapper depuis le centre du corps. Un des aspects les plus importants de notre système est d'apprendre à repousser les frappes droites et les crochets venant de l'extérieur. Par conséquent, pas une seule Section ne contient de coup de poing venant du centre.

 

Autant que je m’en souvienne, l'idée de frapper depuis le milieu du corps est venue des mêmes bouffons qui essayèrent de se défendre en s'entraînant les yeux bandés (voir mon texte Sapere Aude). Ça va pour ce groupe de personnes : ils peuvent rester gentils et doux afin que rien ne vienne troubler la camaraderie de leurs sessions de bien-être ;-)

 

6. Maintenir le contact

 

 

Une erreur encore pire est de maintenir le contact avec les bras d’un adversaire après une attaque ou une défense. Cette erreur est causée par l'incompétence dans l'application des techniques, mais elle peut être rapidement corrigée avec ne serait-ce que le plus simple des exercices et un peu de persévérance. Nos 5 premiers programmes des Niveaux Élémentaires contiennent déjà les applications les plus importantes de toutes les Formes, incluant le mannequin de bois (Mok Yan Jang). C'est pourquoi nous aimons appeler ces programmes « Le Best Of ». Ils sont représentatifs des techniques les plus essentielles et les plus combinables du système. Ceux qui ont une compréhension des Niveaux Élémentaires se sont engagés sur la voie.

 

7. Céder

 

 

Un adepte du combat n’abandonne jamais. A cause de faiblesses physiques ou techniques, les moins expérimentés ont tendance à détruire leurs postures en cédant. Le fait de céder est la conséquence d'une perte de contrôle. En réalité, beaucoup de ces personnes prônent la perte volontaire de contrôle et ont par conséquent inventé un exercice efficace pour un art de contact passif. Bien sûr cela permet de s'épargner la version dure et réaliste de l'entraînement mais, si c'est l'objectif, on peut aussi rester chez soi : l’effet serait le même.

 

Il ne faut jamais confondre la flexibilité avec l’abandon. Celui qui cède renonce définitivement à sa flexibilité parce qu'il ne laisse plus qu'une option. Le fait de céder, synonyme de résignation et de capitulation, est à l'opposé de la flexibilité. La flexibilité, c’est la liberté de rester ouvert à toutes les possibilités.

 

8. Ne pas utiliser de puissance

 

Ne pas utiliser toute sa puissance dans une situation dangereuse n'est pas seulement de l'inconscience : c'est aussi plutôt idiot. Dans une situation stressante (dans la première phase du combat), le rythme cardiaque et la respiration sont stimulés par la production d’adrénaline. L'adrénaline, entre autres, libère le glucose des réserves d'énergies situées dans les muscles. Même si on passe des années à s'entraîner à ne pas utiliser cette énergie, ce sera en vain. Personne ne peut se défendre contre un adversaire fort sans développer ses muscles pour utiliser leur puissance maximale. Il est nécessaire de se renforcer. Un bon entraînement d'autodéfense fortifie non seulement les muscles, les ligaments et les os mais aussi, au final, la technique et l’esprit. Quiconque se sent fort, se sent bien et en bonne santé.

 

L'objectif n'est pas d'être faible, mou et passif. Ça, c’était au début, quand nous buvions du lait dans un biberon et que notre mère nous nettoyait les fesses.

 

Conclusion

 

 

Les erreurs décrites ci-dessus peuvent porter à confusion pour les étrangers du milieu. Mes articles ont pour optique de clarifier les choses en général et d'aider les gens à éviter les propositions d'entraînement qui n'en valent pas la peine. Pendant la période où je suis passé d'instructeur à maître puis à Grand Maître, j'ai rencontré beaucoup de professeurs d’autres styles qui, ayant commencé avec ces mêmes erreurs, ont fini dans une impasse d'impuissance. Certains d'entre eux ont directement commencé sous ma direction, d'autres ont malheureusement abandonné après de nombreuses années d'entraînement dans la mauvaise direction. En réalité, la résignation – autrement dit, abandonner – était exactement ce qu'ils avaient appris. Dans notre milieu, presque tout le monde a, quand il était jeune, échoué à cause de la fausse idée de pouvoir se défendre sans puissance. Avec le recul, je ne suis pas exactement sûr de pourquoi c'est arrivé, mais nous cherchions de la douceur, de l’abandon et d'autres absurdités dont le monde n’avait pas besoin. Aujourd'hui je peux rire de bon cœur de ces années là. Rien ne marche sans puissance. La puissance est le fondement de notre existence. Mais les péchés idiots de notre jeunesse sont pardonnés. L'esprit humain en bonne santé voit très vite si quelque chose est incorrect, mais parfois il ne nous permet pas de l'admettre. En particulier quand quelqu'un s'est dévoué à une cause pendant de nombreuses années, il est difficile de se débarrasser immédiatement de ses convictions même lorsque l'objectif spécifié (et spécieux) est totalement inaccessible. Une telle erreur nous coûte nos années les plus chères, mais ceux qui la réalisent ne les ont pas perdues.

 

Si vous souhaitez apprendre à vous défendre, vous devez vous préparer à une immersion profonde dans l'art de la guerre. Il faut être prêt à discerner toutes les facettes du combat et à étudier les risques qui en découlent. Pour maîtriser les autres, il faut se maîtriser soi-même. Vous allez devoir acquérir des compétences particulières, voire même extraordinaires, puis apprendre à les appliquer au bon moment. Y parvenir exige une grande volonté. Un instructeur qualifié vous guide pas à pas sur votre cheminement au sein des Programmes de notre système.

 

La volonté, l'attitude, la technique, la puissance et la vitesse sont les fondements du succès dans l'art de l’autodéfense. La seule chose que vous devez apporter avec vous est la « volonté ». La volonté, c'est la capacité d'autodétermination, la responsabilité de ses propres actions et la décision consciente de vouloir quelque chose. C'est le moteur qui vous propulse.

 

 

© 2011

 

Sifu Klaus Brand

 

Grand Maître de WingChun

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 12:54

C'est avec un  grand plaisir et beaucoup de fierté que nous accueillons notre Sifu cette année.

 

Ce séminaire trés attendu est accessible à tous.

Si vous désirez découvrir le WingChun ou si vous cherchez à apprendre la self défense c'est l'occasion de rencontrer directement le Maitre de notre systeme.

 

Pour les inscriptions merci de me contacter.

 

vincentmercier@live.com

 

à bientot

 

                      Vincent

Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 10:27

Ralph1

 

 

 

0585                                           Merci à Sihing Ralph et Sihing Simon pour cet excellent week end.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 17:33

C'est avec plaisir que nous accueillerons Sihing Ralph Dahl le week end du 18 et 19 février 2012.

Le samedi séminaire (ouvert à tous) et le dimanche classe spéciale, ce sera encore l'occasion de passer de bons moments et de progresser tous ensemble.

Je sais que certains s'y voient déja alors un peu de patience...

 

Contactez-moi pour vous inscrire.

 

       WingChun Bordeaux

         Vincent Mercier

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  IAW AQUITAINE

 

Contact::

VINCENT MERCIER

06 79 44 34 24

vincentmercier@live.com

 

2 écoles:

 

13 rue de la Manutention

33000 Bordeaux

PLAN D'ACCES

 

 

8 avenue de Magudas        

33700 Mérignac

PLAN D'ACCES

 

Pages